ANDRA I64 - Un marché acquis grâce à la synergie Soldata-Bessac

30/01/2014

Dans le cadre de la loi n°91-1381 du 30 décembre 1991, l'Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs (ANDRA) a construit sur la commune de Bure le laboratoire de recherche souterrain de Meuse – Haute-Marne (LSMHM), dans lequel ont été mises en œuvre des expérimentations à caractère scientifique et technologique.

Les ouvrages souterrains du laboratoire comprennent :

·  un puits d’accès de 5 m et un puits auxiliaire de 4 m de diamètre fini, de 500 m de profondeur et distants de 100 m,

·  une niche horizontale d’expérimentations en T d’environ 17 m² de section et de 25 m de longueur utile, située au niveau - 445 m à partir du puits d’accès,

·  un réseau de galeries accessible à partir du niveau - 490 m constitué de galeries de liaison, auxquelles s’ajoutent des galeries expérimentales, d’essais ou d’exploration.

Figure 1 - Laboratoire souterrain ANDRA

 

C’est dans ce cadre, au niveau - 490 m, que Soldata a été retenu en groupement avec Bessac (mandataire), pour mener à bien l’expérimentation BHN (Bentonite hydratée naturellement).

Cette expérimentation a pour objectif le suivi de la resaturation naturelle (c'est-à-dire à partir de l’eau contenue dans la roche « hôte ») d’un noyau de bentonite, dans un forage de diamètre équivalent à celui des alvéoles destinées à recevoir les colis de déchets Haute Activité (HA), et en contact direct avec l’argilite.

Le contrat a pour objet la conception, la fabrication et l’installation d’équipements en vue de suivre la resaturation naturelle d’un noyau de bentonite en forage selon le schéma suivant :

Figure 2 - Plan général de l'expérience BHN

 

Le design, réalisé conjointement par Soldata (cage, instrumentation) et Bessac (obturateur, mise en œuvre), comprend pour la partie instrumentation :

·  9 capteurs de pression totale, disposés sur la périphérie du noyau de bentonite, ainsi que sur les plaques de séparation entre le noyau de bentonite et les massifs d’appui béton amont et aval ; ces capteurs doivent donc être mis au contact (à l’aide de vérin pneumatique) avec la paroi du forage et les plaques de séparation ; ils mesureront la pression de gonflement induite par la saturation de la bentonite.

·  10 capteurs d’humidité relative, positionnés dans le noyau de bentonite ; ces capteurs mesureront la montée de la saturation,

·   3 capteurs de pression interstitielle.

Ces capteurs seront installés sur une cage en acier situé au cœur du noyau de bentonite selon le schéma suivant :

Figure 3 - Plan de la cage instrumentée

Après les premiers essais du système en janvier, l’installation sur site est prévue courant le premier trimestre de 2014.